Test Balan Wonderworld

Fiche technique
Editeur / Developpeur : Square Enix | Balan Company
Sortie France : 26 mars 2021
Genre(s) : Plateforme
Age : +12 ans

Test de Balan Wonderworld

Yuji Naka, le célèbre papa de Sonic et de l’excellent Nights into Dreams compte bien tenter de se faire une nouvelle fois une place de choix avec Balan Wonderworld, un jeu de plateforme 3D ultra coloré. Après une démo qui aura fait couler beaucoup d’encres, il est temps de se faire un avis final afin de voir si Yuji Naka n’a rien perdu de son talent…

12 mondes nés des coeurs de 12 habitants en souffrance

Balan Wonderworld nous propose d’incarner deux héros en herbe portant les doux prénoms de Léo et Emma. Vous allez donc devoir choisir avec lequel de ces deux personnages vous souhaitez faire l’aventure. Le scénario est assez classique, nos deux héros vont être propulsés dans Wonderworld, un lieu imaginaire qui est constitué de 12 mondes et de l’Ile des Tim qui est une sorte de HUB.

Chacun des 12 mondes est une représentation des inquiétudes et des faiblesses d’un être humain que vous allez devoir aider. C’est le personnage de Lance qui piège les visiteurs de Wonderworld dans leur propre cœur, pour engendrer des monstres nés de leur négativité.

Afin de retrouver le monde réel, vous allez devoir libérer les coeurs de ces êtres humains en terrassant les boss qui sont une représentation des habitants possédés par les sentinelles du temps de l’ombre.

Même si le scénario n’a rien d’exceptionnel, j’ai bien aimé la variété des différents mondes et la découverte des histoires des personnages de chacun de ces fameux mondes. Le storytelling présentant les personnes à sauver est assez efficace et l’on prend en général plaisir lors de la découverte d’un nouveau monde.

Graphiquement pas à la hauteur de la PS5

Malgré son univers ultra coloré et frais, Balan Wonderworld souffre du fait d’être un jeu cross gen et la version PS5 peine à convaincre. En effet, techniquement le jeu n’a rien d’exceptionnel surtout pour un jeu sortant en 2021. C’est dommage, car le Character Design est assez efficace et certains des mondes font clairement mouche.

Comme évoqué plus haut, Balan Wonderworld dispose de 12 mondes représentant les faiblesses d’un être humain. Ce concept à l’avantage de proposer des expériences diverses et variées, mais on se rend assez vite compte que certains mondes ne sont pas à la hauteur par rapport à d’autres. Du coup, le plaisir du jeu est assez variable en fonction du monde dans lequel vous êtes, c’est un peu dommage surtout quand on sait que le jeu dispose que de 12 mondes.

Après le plus gros souci du jeu qui j’espère sera corrigé lors d’un patch est clairement la caméra qui part souvent en cacahuète lorsque l’on est dans des environnements un peu étroits. Ultra capricieuse, cette satanée caméra parasite totalement l’expérience globale du jeu et ça, c’est vraiment la loose pour un jeu qui souhaite concurrencer les gros jeux de plateforme…

La chasse aux statues et costumes

Balan Wonderworld reprend le principe des étoiles de Super Mario Odyssey avec son système de progression. Dans Balan, vous allez donc devoir trouver les statues de Balan qui sont disséminées dans les différents mondes de Wonderworld. Pour accéder à de Nouveaux Mondes, vous allez donc devoir récolter le nombre de statues requis pour pouvoir continuer votre progression.

Comme dans Super Mario Odyssey, ce système de progression vous fera faire pas mal d’aller-retour afin de pouvoir accéder à tous les niveaux de Wonderworld. Même si Leo et Emma sont dépourvus de pouvoir, vous allez pouvoir accéder aux pouvoirs des habitants de Wonderworld en endossant leurs costumes. Chacun des 12 mondes dispose de costumes spécifiques à débloquer et chacun des costumes dispose d’un pouvoir spécifique.

Niveau gameplay, Balan Wonderland fait clairement le minimum syndical avec seulement une touche d’action par costume et parmi les 80 à débloquer, vous allez vite voir que certains se ressemblent beaucoup trop. Le studio a voulu préviliégé la quantité, mais de mon côté j’aurai préféré avoir beaucoup moins de costumes, mais que ces costumes soient dotés de plus de capacités spécifiques.

De plus, certains joueurs risquent d’être déstabilisés avec les costumes avec lequel vous allez être dans l’impossibilité de sauter. Pour un jeu de plateforme, c’est un parti pris que j’ai du mal à comprendre.

Avancer dans le jeu vous permettra donc de débloquer de nouveaux costumes qui pourront être fort utiles pour accéder à des zones qui étaient au préalable impossibles lors de vos premiers passages. Votre personnage peut porter jusqu’à trois costumes et vous pouvez switcher de costumes à tout moment. Bien sûr, vous pouvez perdre vos costumes en prenant des dégâts et il faudra trouver un checkpoint pour pouvoir accéder à votre garde-robe afin de refaire le plein.

Le jeu est vraiment accessible et vous n’aurez aucune difficulté à arpenter les différents mondes de Wonderworld.

Le monde des Tims

C’est dans cette zone mystérieuse que vous allez commencer votre aventure. Sorte de hub, cette zone est primordiale pour accéder et explorer chacun des mondes de Wonderland. Ce monde est peuplé de Tims, de mystérieuses créatures ultras cutes qui sont générées par le bonheur des habitants du monde réel.

Il y a plusieurs types de Tims qui sont représentés par un code couleur et ces fameux Tims vous aideront au fil de votre aventure. Par exemple, les Tims rouges attaqueront vos ennemis tandis que les roses seront d’une aide précieuse pour localiser des objets. Afin de faire évoluer ses alliés, vous allez devoir les nourrir en leur donnant les gouttes que vous aurez récupérées dans les différents mondes du jeu.

Au fur et à mesure de votre progression, vous allez avoir de plus en plus de Tims ce qui aura un impact sur le monde des Tims. Si le concept est sympa, je dois dire que l’on n’est pas du tout guidé et du coup on se retrouve souvent à faire des choses sans savoir la finalité du concept…

LES PLUS

– Un univers ultra frais et coloré
– Le character design
– Le storytelling des mondes
– Durée de vie honnête

LES MOINS

– Des graphismes datés
– Gameplay trop basique
– Une caméra aux fraises
– Certains costumes
– Certains niveaux ne sont pas à la hauteur
– Manque d’explications et d’accompagnement

Conclusion
  • 11,5Total Score

    Généreux, coloré, frais, Balan Wonderworld souffre d'un gameplay au concept daté et pas forcément judicieux. Si sur le papier le concept de costumes pouvait faire rêver, manette en main la frustration va assez vite se faire sentir. C'est dommage, car l'univers du titre et le Character design font clairement bien le taf. On se retrouve donc face à un jeu de plateforme de seconde zone qui a clairement du mal à faire face à la concurrence...

    Laisse un commentaire

    Catégories
    Login
    Loading...
    Sign Up

    New membership are not allowed.

    Loading...