Test de Days Gone

Fiche technique
Editeur : Bend Studio
Sortie France : 26 Avril 2019
Genre(s) : Open World
Classification : +18 ans

Test de Days Gone

Après avoir marqué les esprits lors de son annonce à l’E3 2016, Days Gone était clairement attendu aux tournants. Il faut dire que les dernières exclusivités de Sony ont déjà mis la barre très haute. Bend Studio avait donc la lourde tâche de nous faire vivre une expérience de survie unique à travers un monde hostile. Il est temps d’enfourcher son Harley en compagnie de Deacon afin de voir si Days Gone est à la hauteur des attentes.

L’espoir ne meurt jamais

Days Gone nous propulse dans la peau de Deacon St. John, un chasseur de primes vagabond qui parcourt les routes sinistrées et se bat pour survivre tout en cherchant une raison de vivre. À l’instar de Last of Us, un élément tragique va lui faire perdre sa tendre et douce et notre cher biker va devoir lutter pour survivre dans ce monde hostile. Malheureusement, même si Bend Studio s’est inspiré des meilleurs films, séries et jeux, Days Gone a vraiment du mal à nous impliquer émotionnellement dans sa trame scénaristique.

De plus, j’ai trouvé que l’agencement de l’histoire est assez décousu avec un système de ramification entre certaines missions principales et secondaires. Si l’histoire peine à décoller lors du premier tiers du jeu, les choses s’améliorent tout de même au fur et à mesure de votre progression. Sur ce point d’ailleurs, Days Gone est doté d’une durée de vie plus que correcte avec un minimum d’une trentaine d’heures pour terminer le jeu en ligne droite.

Test Days Gone

Patch me – I am famous

Malgré son patch day one de 21 Go, Days Gone est sorti avec pas mal de bugs et de chute de framerate qui entachent clairement l’immersion dans les terres dévastées de l’Oregon. Heureusement, Bend Studio n’a pas tardé à faire d’autres patchs qui ont permis de corriger une grande majorité de bugs. Malgré tout, encore à ce jour, j’ai noté quelques chutes de framerate notamment lorsque vous ferez face à une horde…

D’un point de vue technique et artistique, Days Gone ne manque pourtant pas de qualités avec certains environnements dignes de cartes postales. L’un des gros points forts du titre est d’ailleurs clairement la gestion dynamique des conditions météo qui font clairement le job. La variété des décors n’est pas en reste et votre aventure vous permettra d’explorer un monde magnifique, mais menaçant.

De plus, j’ai été assez déçu du passage entre les phases cinématiques et les phases de gameplay, on est très loin d’égaler ce que pouvaient nous proposer les derniers AAA de Sony.

Test Days Gone

Un open world rempli de dangers

Deacon et son frère d’armes Boozer vont avoir fort à faire pour survivre dans les environnements vastes et hostiles que vous arpenterez au cours de votre périple. Bend Studio a fait le choix de ne pas sortir des sentiers battus en proposant une construction classique de son monde. En effet, comme tout bon open world qui se respecte, la map se dévoile au fur et à mesure avec des missions principales, secondaires et même des éléments aléatoires.

Assez rapidement dans le jeu, vous allez découvrir des camps alliés qui vous permettront de refaire le plein de munitions, d’acheter des armes, de vous reposer et de pimper votre moto. S’ajoute à cela aussi la possibilité de vendre des ressources, mais aussi d’accéder à des missions. Chacune de ses actions vous permettra d’acquérir de la confiance qui est symbolisée par un niveau. Fort utile, le fait de passer à un niveau supplémentaire vous permet d’accéder à encore plus de ressources. Cette mécanique est clairement efficace, puisqu’elle nous pousse à toujours vouloir augmenter la jauge de confiance des camps alliés.

Au fur et à mesure de votre progression, vous allez vite vous rendre compte que les missions manquent clairement de variété. On enchaîne la destruction de nids d’infestés, des phases d’infiltration dans des camps du Nero, d’éradiquer des camps et surtout de faire beaucoup de voyage en moto. Malgré cela, on prend tout de même un sacré plaisir à se défouler à coup de hache sur les pauvres infestés qui fonceront sur nous.

Test Days Gone

La panne seiche

Dans un monde où les routes sont endommagées et souvent impraticables, vous allez devoir prendre grand soin de votre moto. Moto qui fait d’ailleurs partie intégrante du gameplay et concept du jeu. Par contre, avant de pouvoir arpenter les routes à vive allure, vous avez intérêt à prendre votre mal en patience. Et oui, assez rapidement au début du jeu, vous allez vous retrouver sans moto et du coup vous allez dénicher une vielle moto qui manque clairement de punch.

Il vous faudra de longues heures avant d’avoir gagné assez de confiance pour commencer à apprécier votre petit bolide.
Un des facteurs les plus importants est à mes yeux de toujours jeter un oeil sur votre réserve d’essence, en effet la gestion de l’essence est primordiale afin de ne pas tomber en rade en pleine nature hostile. D’un point de vue autonomie, à la louche je dirai qu’un plein vous permet de faire environ 4-5 km. Cette gestion implique de toujours avoir une option afin de trouver de l’essence nous permettant d’optimiser au mieux notre voyage.

En plus de l’essence, votre moto peut subir des chocs qui rendront votre moto de plus en plus inutilisable, bien sûr, je vous rassure, vous avez la possibilité de la réparer avec des pièces que vous trouvez régulièrement dans le jeu.
Niveau conduite, le gameplay est simple mais efficace et ce malgré le manque de vitesse de votre bécane au début de votre aventure.

Test Days Gone

Des combats brutaux

Concernant le gameplay de Deacon, on se rapproche beaucoup de l’approche de Last Of Us. En effet, le monde de Days Gone regorge de ressources vous permettant de crafter des soins, des armes et des munitions. Cerise sur le gâteau, les armes de poing peuvent être modifiées afin de les rendre encore plus redoutables. Les amateurs de Negan dans Walking Dead vont se ravir de pouvoir défoncer quelques crânes à coup de batte de baseball cloutée.

Le Craft prend assez vite tout son sens étant donné que vos armes de poing hormis votre couteau disposent d’une jauge de durabilité. La survie prend alors encore plus tout son sens, car en plus de la gestion de l’essence, vous allez toujours devoir faire le plein d’items afin de ne jamais vous faire surprendre.

Les gunfight sont quant à eux tout aussi plaisants avec un arsenal vous permettant au cours de votre progression de vous adapter de plus en plus au monde hostile qui vous entoure. Par contre, l’IA  des humains est un à la ramasse ce qui peut parfois bien gâcher l’expérience de jeu. Les phases d’infiltration sont quant à elles classiques et sans grande surprise…

Pour vous adapter, vous allez pouvoir dépenser vos points de compétence segmentés en trois thématiques bien spécifiques (santé, endurance, concentration). De plus, à l’instar de Far Cry, Deacon dispose d’une capacité de pistage qui reste beaucoup trop vue et revue.

Même si l’on pourrait reprocher à Days Gone son manque de variétés au niveau de son bestiaire, le jeu nous propose une nature sauvage crédible et diablement efficace.

Test Days Gone

Quand la horde te fait fasse

En plus d’affronter des vagabonds, des maraudeurs et des milices hostiles, Deacons va devoir aussi survivre à la menace Freakers. Ce présentant sous différentes formes, ces humains infectés mangent, boivent, hibernent et se font des nids. Comme dans “je suis une légende”, les freakers préfèrent sortir de nuit, car c’est à ce moment-là qu’ils sont les plus redoutables.

Si days Gone avait marqué les esprits il y a trois ans de cela avec une vidéo présentant une des hordes du jeu, je dois dire que manette en main, on ne peut que saluer le travail de Bend Studio qui a clairement rempli le job de ce côté-là. Aussi redoutable qu’impressionnantes, ces marés vivantes d’infectés ajoutent un énorme stress lorsque vous les croiserez.

Et ne pensez pas pouvoir toujours vous enfuir, en effet certains pans de l’histoire vous obligeront à en terrasser quelques-unes. Le challenge est fastidieux, mais vraiment kiffant, il vous faudra en effet être bien équipé et surtout utiliser l’environnement à votre avantage en piégeant astucieusement le terrain. En plus du spectacle visuel et pyrotechnique, vous allez vraiment prendre votre pied en réduisant en charpie ces centaines d’infectés. Par contre face à une horde, la moindre erreur sera totalement punitive. C’est pour cela qu’il faudra toujours rester sur vos gardes et surtout favoriser de réaliser les missions au cours de la journée…

LES PLUS

Effets météorologiques
Système de craft
Les freakers
Les hordes
Durée de vie
Système de progression
Ergonomie des menus principaux

LES MOINS

Un scénario classique
Bug et chute de framerate
l’IA des humains
Peu de variétés de missions
Gameplay déjà vu et revu

Review
  • 14Total Score

    Même s'il ne parvient pas à faire face aux précédents AAA que Sony nous a habitué, Days Gone dispose tout de même de qualités qui font de lui un excellent défouloir post-apocalyptique. Sans jamais sortir des sentiers battus, Bend Studio nous livre un jeu de survie aussi classique que généreux. Une expérience savoureuse qui se laissera apprécier au fil des heures.

    Leave a Comment

    Catégories
    DERNIERS TESTS
    Test de Judgment
    • 8 juillet 2019
    Test de Team Sonic Racing
    Test de Rage 2
    • 25 mai 2019
    Test de Days Gone
    Login
    Loading...
    Sign Up

    New membership are not allowed.

    Loading...