Test de Far Cry Primal

test-far-cry-primal-3

Fiche technique

Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Sortie France : 23 Février 2016
Genre(s) : FPS
Classification : +18 ans
Mode(s) : Solo

Test de Far Cry Primal

Licence phare d’Ubisoft, Far Cry a su s’imposer comme un FPS open world de qualité notamment avec ces deux derniers volets. Pour son grand retour, les développeurs ont décidé de faire un énorme bond en arrière à l’époque de l’âge de pierre. Choix audacieux et original qui va nous permettre de voyager dans des contrées hostiles où l’Homme n’était pas encore au sommet de la chaîne alimentaire.

Un Far Cry à l’âge de pierre

Far Cry Primal va vous permettre d’explorer l’origine de l’humanité au côté du héros du jeu Takkar. Chasseur émérite de la tribu Wenja, Takkar va bien malgré lui se retrouver bien mal en point après une chasse aux mammouths qui à l’avantage de plonger le joueur dès le début dans l’ambiance hostile du jeu.

Livré à lui-même dans le sublime monde d’Oros, Takkar va très vite faire la connaissance de Sayla une autre Wenja, c’est à partir de là que votre aventure préhistorique commencera réellement. Au cours de votre aventure, vous allez rencontrer 3 tribus et cultures qui s’affrontent pour la conquête d’Oros.

LES WENjA, les chasseurs-cueilleurs
Les Wenja illustrent bien l’avancée de l’Homme à l’Âge de Pierre. Tribu qui devra être sauvée par Takkar, que le joueur incarne, ce sont des chasseurs-cueilleurs traditionnels originaires de l’ouest de l’Europe.

LES UDAM, les primitifs
Les Udam sont moins avancés que les Wenja, ils sont ce que les historiens appelleraient une « anomalie ». Plutôt Homo Sapiens archaïques, ils sont physiquement plus proches de l’Homme de Néandertal. Pris au piège de l’Ère Glaciaire dans les régions nordiques, ils ont échappé de peu à l’extinction de leur espèce grâce au cannibalisme et à la consanguinité.

LES IZILA, les « évolués »
Les Izila vivent au sud et sont le peuple le plus évolué d’Oros d’un point de vue technologique et sociétal. Cette tribu matriarcale, qui vient de Mésopotamie, maîtrise déjà l’agriculture. Ils ont appris à cultiver les terres, faire du feu une arme et marquent leur territoire avec des blocs de pierre massifs. Ils se croient supérieurs à la nature et aux autres tribus qu’ils kidnappent pour les réduire en esclavage ou les offrir en sacrifice à la déesse Suxli.

test-far-cry-primal-5

Vous allez donc devoir survivre face à cette terre remplie de dangers afin de retrouver les Wenjas et les aider à prospérer dans le monde d’Oros. Si les deux derniers volets s’étaient démarqués par la présence de leurs méchants respectifs totalement déjantés et omniprésents, Far Cry Primal se démarque de ces prédécesseurs en zappant totalement cet aspect. Vu la période, on peut comprendre le choix des développeurs de ne pas faire un grand méchant, mais plusieurs personnages hauts en couleur.

Le dialecte créé à l’avantage de rendre cohérent le monde d’Oros, mais aussi d’immerger le joueur dans les différentes coutumes des trois tribus. Sans surprise, le scénario est très primitif, mais bon c’est tout à fait logique et cohérent avec le concept du jeu.

Un magnifique safari préhistorique

Sans surprise Far Cry Primal utilise le même moteur graphique que celui de Far Cry 4. Autant vous dire que le monde d’Oros va vous flatter la rétine à chacun de ses détours. Cette terre sauvage et hostile regorge de secrets et de dangers.
En effet, après la fonte des glaces de l’Ère glaciaire, une flore riche et luxuriante naît. Elle est propice à l’émergence d’une Mégafaune ,autrement dit d’une faune où les animaux sont gigantesques et tiennent le haut de la chaîne alimentaire.

Quel plaisir de contempler le monde d’Oros, ses vastes plaines, ses montagnes, ses lacs, ses forêts verdoyantes, tout un écosystème a été construit et on se rend bien compte du travail de titan qu’à réaliser l’équipe de développement.

Les effets de lumières et de profondeur de champ ne sont pas en reste non plus, quel pied que de partir chasser le mammouth aux premières lueurs de l’aube. Le cycle jour / nuit est parfaitement maîtrisé et la gestion dynamique du feu est tout aussi impressionnante.

Les développeurs ont aussi pris le temps de bien travailler la modélisation des personnages principaux du titre. Sans être révolutionnaires, leurs animations sont crédibles et convaincantes.

Mais le plus bluffant reste de très loin la faune locale, totalement autonome, vous allez être à la fois spectateur et acteur de scènes incroyables comme le fait de voir des animaux chasser pour se nourrir, mais aussi pour défendre leur territoire. Voilà un point ou cet épisode de Far Cry met vraiment la barre très haute. Pour infos la faune est assez variée, car il y a à peu près 50 espèces différentes présentes dans le jeu.

test-far-cry-primal-6

L’art du Craft selon Takkar

Oubliez les shotgun, fusil sniper et autres mitraillettes, pour survivre à cette époque remplie de dangers vous allez devoir fabriquer vous même vos armes. Vous allez donc devoir collecter des ressources telles que du bois, des pierres, des os ou des peaux d’animaux pour fabriquer des armes ou les améliorer. Je vous conseille fortement de ramasser le plus de ressources possible afin de ne jamais être à court lors d’un affrontement.

Vous allez donc pouvoir exploser des crânes à coup de masses bien violentes, ou sinon prouver votre valeur avec les différents types de lances, mais le plus fun sera de très loin les différents types d’arcs que vous allez développer au cours de votre aventure. Cette arme ultime est parfaite pour les approches furtives, en plus de ça c’est toujours autant jouissif d’enchaîner des Head Shot sur des pauvres hommes de Cro-Magnon.

test-far-cry-primal-7

S’ajoute à cet arsenal des couteaux de lancer, mais aussi plus tard dans l’aventure la possibilité de placer des pièges qui risque fort de faire des carnages sur les tribus adverses.

Les amateurs de grenade pourront se faire les dents avec les bombes d’abeilles, à poison, mais aussi les bombes explosives, vous l’aurez compris l’arsenal aussi précaire soit-il, sera redoutable si vous l’utilisez à bon escient.

test-far-cry-primal-8

Un gameplay classique et efficace

Sous ses airs préhistoriques, Far Cry primal reprend l’ADN de ces prédécesseurs, le gameplay s’appuie donc sur des bases classiques, mais solides. Les fans de la franchise seront donc en terrain connu avec un gameplay mêlant habilement action et infiltration.

On retrouve donc au programme, des missions de types attaque de campements ou bastions ennemis, après comme à son habitude le monde d’Oros regorge de quêtes principales et secondaires. Malgré sa construction classique et redondante, cet épisode du fait de son ambiance si particulière apporte un énorme vent de fraicheur à la licence. Pour ma part, j’ai été totalement happée par la direction artistique du titre et j’ai donc exploré le monde d’Oros en long en large et en travers.

Au cours de votre périple, vous allez être amenés à libérer des Wenjas qui rejoindront votre village. Augmenter et prendre soin de votre population est primordial dans cet épisode, en effet le fait d’avoir une population importante vous permettra d’avoir un lot conséquent de ressources journalières indispensable pour le Craft.

Ce petit côté RPG et de gestion est aussi mis en avant avec la gestion des lieutenants de votre village, en effet ces fameux lieutenants vous octroieront la possibilité d’avoir accès à des compétences spécifiques. Il faudra tout de même mettre la main à la patte en leur donnant des ressources nécessaires pour la construction de leur hutte respective. Cette nouvelle gestion de votre arbre de compétence à un côté aussi addictif qu’efficace.

test-far-cry-primal-9

Devenez le maître des bêtes

Cette faune aussi hostile soit elle va très vite devenir votre alliée ultime. En effet après un bon gros trip hallucinatoire dont seul Tensay le chaman Wenja connait le secret, vous allez avoir la possibilité d’entrer en osmose avec certaines espèces qui peuplent le monde d’Oros.

La chouette sera le premier animal à aider le joueur dans sa quête. Le Chaman apprendra en effet à Takkar à l’utiliser afin de survoler les zones ennemies pour préparer ses attaques et repérer leurs positions, attaquer ses adversaires ou bien encore lâcher des bombes lorsque ses compétences auront été améliorées. Autant vous dire que si vous boostez les capacités de celle-ci vous allez pouvoir faire des carnages sur les tribus adversaires.

Plus tard, vous aurez la possibilité de dompter la plupart des prédateurs ultimes d’Oros, pour cela, il vous suffira juste de jeter un bout de viande et d’approcher la bête afin de tenter de l’apprivoiser. Cette nouveauté dans le gameplay de Far Cry Primal enrichit grandement l’expérience du joueur, en plus de ça les 17 espèces apprivoisables disposent de capacités uniques et forts pratiques. Je dois avouer que c’est un pur kiff de chevaucher un tigre dent de sabre tout en explosant des boîtes crâniennes à coup de massue.

LES PLUS

[list type=”check”]

  • Le monde d’oros
  • La faune Locale
  • Un Far Cry à l’âge de Pierre
  • La brutalité des combats
  • La gestion du peuple Wenja
  • Le crafting et les compétences
  • Les 17 espèces à dompter

[/list]

LES MOINS

[list type=”delete”]

  • Scénario trop primitif
  • Des missions redondantes
  • Pas de multi, ni de coop

[/list]

divider-test

Pari réussi de la part d’Ubisoft qui nous offre un véritable safari préhistorique. Même si le concept du jeu reste le même avec ces qualités et ses défauts, le fait de propulser le joueur en pleine préhistoire apporte une tout autre saveur à la licence. Avec sa direction artistique à couper le souffle et sa faune totalement autonome, ce Far Cry Primal est une expérience aussi unique que brutale.

16
————
20

Leave a Comment

Catégories
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...