Test de Quantum Break

test-quantum-break-3

Fiche technique

Editeur : Microsoft
Développeur : Remedy
Sortie France : 05 Avril 2016
Genre(s) : Action | TPS
Classification : +18 ans
Mode(s) : Solo

Test de Quantum Break

Après de multiples reports et un développement difficile, le dernier né de Remedy Entertainment débarque enfin sur Xbox one pour nous livrer une aventure orientée science-fiction à base de voyage dans le temps. Annoncé en 2013, Quantum Break n’a cessé de faire monter le buzz avec son casting hollywoodien et sa réalisation à couper le souffle. Il est maintenant temps de découvrir si cette exclue est à la hauteur des attentes des joueurs.

Save the world, save the time

Sans surprise le scénario fait partie de la pièce maîtresse du jeu, on se retrouve dans la peau de Jack Joyce (Shawn Ashmore) qui va retrouver son meilleur ami Paul Serene (Aidan Gillen) sur le campus de l’université de Riverport. Malheureusement, ces retrouvailles vont être de courte durée à cause d’une expérience temporelle qui va mal tourner.

Notre monde est maintenant menacé par la fin du temps, face à toute cette débâcle temporelle, notre héros s’est vu attribuer des capacités exceptionnelles qui vont lui permettre de maîtriser le temps. Mais c’est sans compter sur son ami de longue date qui lui aussi a subi les conséquences de cette expérience ratée.

Divisée en 5 chapitres, l’histoire va nous permettre de suivre le destin de ces deux personnages qui auront chacune des façons différentes de faire face à la menace de la fin du monde. Sans surprise, le scénario utilise la plupart de toutes les ficelles que l’on a pu découvrir dans la plupart des films de science-fiction traitant du voyage temporel. C’est classique, mais assez bien maîtrisé pour tenir le joueur en haleine.

Il faut dire que le casting hollywoodien aide énormément à l’immersion, Remedy Entertainment nous livre en effet une oeuvre totalement liée à une série TV qui reprend les protagonistes principaux et secondaires de Quantum Break.

Par contre, la durée de vie ne fait pas forcément honneur à la thématique générale du titre. Il faudra en effet compter environ 8 heures  pour terminer le jeu lors du premier run. Les amateurs de collecte d’objets pourront tout de même un peu gonfler la durée de vie du soft. En plus, si vous souhaitez pleinement profiter du titre et de toutes ces ficelles, il vous faudra vous lancer dans un second run.

test-quantum-break-4

Choose your Destiny

À la fin de chacun des actes de Quantum Break sauf le dernier, vous allez devoir faire un choix crucial qui aura des conséquences sur la suite des évènements, mais aussi de la série. En effet entre chaque acte, vous aurez accès à un épisode de 20min qui sera centré sur les personnages secondaires de l’histoire.

Franchement cette série n’a pas à rougir face à certaines productions américaines, il faut dire que le casting de folie et la qualité du doublage sont vraiment convaincants. Même si vous avez la possibilité de zapper ces épisodes, je vous conseille de les regarder afin d’apprécier comme il se doit le scénario du jeu.

Par contre, malgré leurs qualités, ces 4 épisodes cassent énormément le rythme du jeu, il est toujours difficile de rester spectateur lorsqu’on est censé jouer à un jeu vidéo.

Attention tout de même à avoir une bonne connexion sous peine de vous taper la série dans une qualité plus que médiocre. Pour pallier à cela, vous aurez tout de même la possibilité de télécharger les épisodes avec leurs poids de malade (75Go). Du coup je me suis contentée de la qualité basse définition lors du Stream de la série…

test-quantum-break-5

Une fracture rétinienne

Malgré un affichage en 720p et 30 images par seconde, Quantum Break jouit d’une direction artistique à couper le souffle. La motion capture a fait des merveilles avec des protagonistes qui approchent parfois d’un rendu photo réaliste.

Mais le plus impressionnant est de très loin tous les effets de lumières et de particules qui vous offriront un spectacle d’une beauté à couper le souffle. Chacune des fractures temporelles sera l’occasion de découvrir le talent de Remedy avec des lieux où le temps reste figé, l’occasion pour les joueurs d’apprécier comme il se doit les environnements du jeu.

Malgré cela, j’ai trouvé que certaines zones n’étaient vraiment pas à la hauteur par rapport au reste du jeu. De plus, le jeu souffre de quelques défauts comme le fait de voir certaines lumières ambiantes traverser complètement le personnage de Jack Joyce. S’ajoute à cela un peu de clipping et la possibilité de voir quelques minis ralentissements lors de Gunfights survitaminés.

test-quantum-break-6

Pour ma part, je n’ai vraiment pas eu de chance, car le jeu a même fait planter ma One deux fois, j’espère qu’il y aura vite un patch qui va sortir dans les semaines qui arrivent. Ce sera l’occasion pour les développeurs de réduire les temps de chargement qui sont d’ailleurs beaucoup trop longs.

test-quantum-break-7

Un gameplay classique mais original

Dès les premières heures de jeu, on se rend compte que Quantum Break est un TPS relativement classique. Le joueur va enchaîner phases de shoot, d’exploration et de plateforme dans une construction très linéaire et scriptée.

Manette en main, la prise en main est quasi immédiate, notre Jack Joyce répond aux doigts et à l’oeil. Le système de couverture automatique m’a énormément refroidi, en effet Remedy a pris le parti que le héros du jeu se mette à couvert dès qu’il approche d’une structure. Franchement, je ne suis vraiment pas fan de ce système que je trouve pas adapté pour un jeu de cette envergure.

Malgré ce petit désagrément, les gunfights et les phases d’actions tirent leurs épingles du jeu avec une mise en scène à couper le souffle, mais aussi avec l’utilisation des pouvoirs de Jack. C’est à partir de là que Quantum Break prend une tout autre saveur et qu’il arrive à se différencier de la concurrence. On appelle ça le second effet Kiss Cool.

C’est en effet par le biais de ces fameuses capacités que Quantum Break est un jeu unique en son genre. Divers et variés, ces pouvoirs vont vous permettre d’enchaîner les ennemis dans un balai de lumière et d’effets visuels. Au final, ce n’est pas moins de 6 pouvoirs différents qui seront vos meilleurs alliés sur le champ de bataille.

test-quantum-break-8

Entre le bouclier temporel, l’esquive temporelle, vision temporelle, l’arrêt temporel, le déplacement rapide et la bulle d’énergie, vous n’aurez que l’embarras du choix pour vous défouler comme il se doit. Comme toutes bonnes capacités qui se respectent, ces pouvoirs pourront être améliorés au cours de votre aventure.

Je peux vous garantir que vous allez réellement prendre du plaisir à réaliser d’innombrables tricks temporels face à vos assaillants qui deviendront de plus en plus forts au fur et à mesure de votre progression.

test-quantum-break-9

Linéarité temporelle

Malgré son gameplay innovant, les phases d’actions deviennent beaucoup trop linéaires. Il faut dire que les ennemis manquent de variétés et de challenges surtout si vous faites le jeu dans le mode normal.

Passé l’effet de surprise, on se retrouve donc assez vite frustré avec ces pouvoirs qui sont au final assez classiques. Franchement, j’aurai kiffé avoir la possibilité de remonter dans le temps lors des affrontements comme à la grande époque de Prince of Persia…

On pourra aussi regretter une dernière partie de jeu vite expédiée à cause d’un boss de fin bien chiant et peu intéressant…

LES PLUS

[list type=”check”]

  • La direction artistique
  • Le casting
  • Les gunfights
  • Les phases de choix
  • La mini série
  • L’ambiance sonore
  • Les pouvoirs

[/list]

LES MOINS

[list type=”delete”]

  • Scénario trop prévisible
  • Durée de vie
  • Beaucoup trop linéaire
  • Temps de chargement
  • Clipping
  • Boss de fin

[/list]

divider-test

Pari partiellement réussi de la part de Remedy qui nous offre un TPS relativement classique et linéaire. Même si Quantum Break n’est pas parfait, sa direction artistique de haute volée, ses gunfights survitaminés, sa narration mêlant habilement série TV et jeu, font de ce titre une très belle exclue pour la One. Malheureusement, il manque ce petit quelque chose qui aurait pu faire de ce jeu un hit en puissance. Les bases sont posées, attendons de voir comment Jack Joyce évoluera dans le temps…

15
————
20

Leave a Comment

Catégories
DERNIERS TESTS
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...