Test Just Cause 4

Fiche technique
Editeur : Square Enix
Développeur : Avalanche Studios
Sortie France : 4 décembre 2018
Genre(s) : Action, Aventure
Age(s) : 18

Test de Just Cause 4

Trois ans après Just Cause 3, notre bon vieux Rico Rodriguez revient dans un nouvel épisode qui s’annonce toujours aussi déjanté et explosif. Il est temps pour moi d’enfiler encore une fois le wingsuit et de m’armer du grappin afin de voir ce que vaut ce quatrième opus de la licence.

Bienvenue à Solís

Après avoir libéré sa patrie natale dans le troisième opus, ce quatrième volet de la licence nous propulse à Solís, une immense nation d’Amérique du Sud où règnent le conflit, l’oppression et des conditions climatiques extrêmes. L’occasion pour notre agent déjanté de lever le voile sur une partie du passé de son père mais aussi de libérer petit à petit les différentes provinces, villes et autres points stratégiques dissimulés dans cette immense Open world.
Comme à son habitude, le scénario se veut toujours aussi stéréotypé et sans grosse surprise, le but de Just Cause est avant tout d’être un immense défouloir totalement décomplexé et assumé. Toujours aussi déjanté et rempli d’humour, Just Cause nous propulse dans un Pop Corn Movie rempli de testostérone et de vanne digne de John Rambo.

Test Just Cause 4

Une réalisation qui manque de punch

Techniquement Just Cause 4 suit les traces de son prédécesseur avec des graphismes qui ont vraiment du mal à nous faire oublier la claque graphique que l’on a eu avec l’excellent Red Dead Redemption 2.
Utilisant le moteur graphique Apex, la direction artistique du jeu joue un peu trop sur la sursaturation des couleurs et le clipping est vraiment trop présent. Ce n’est clairement pas avec cette génération de consoles que Rico nous décrochera la mâchoire.
Avalanche Studios a malgré cela pris le temps de créer un monde ouvert qui surpasse clairement le troisième opus. Avec son terrain de jeu de 1024 kilomètres carrés, Solis est clairement l’environnement le plus diversifié de la licence. Beaucoup plus exotique, cet immense pays d’Amérique du Sud est divisé en quatre biomes distincts permettant à Rico de pouvoir profiter comme il se doit de toutes les mécaniques de gameplay du jeu. Forêts tropicales, déserts ou encore Cimes enneigées, vous allez en voir de toutes les couleurs pendant votre périple survitaminé.
Si techniquement le jeu n’est pas un modèle du genre, Just Cause 4 se rattrape avec une fluidité exemplaire sans aucune chute de framerate.

Test Just Cause 4


Libérer, délivrer et tout faire péter tu devras

Avalanche Studio a décidé de revoir un peu sa formule de progression et d’enchaînement des missions. Même si le concept de base reste toujours de libérer des régions afin d’éradiquer la vermine locale, votre progression sera maintenant symbolisée par un système de ligne de front mettant en avant l’armée du chaos.
Réussir une mission vous permettra d’avoir de nouvelles recrues et donc de faire évoluer cette fameuse ligne de front. De plus, chaque région libérée vous donnera accès à de nouveaux objets permettant aussi de faire avancer la trame principale du jeu. Les amateurs de la licence seront en terrain connu avec moult activités allant des courses de voiture, de wingsuit et tout ce qui a déjà fait le charme du troisième opus.
Si la magie opère bien lors des premières heures de jeu, un sentiment de déjà vu risque fort de venir tout de même impacter votre expérience du jeu.

Test Just Cause 4

Du fun entre ciel et terre

Avalanche Studio a mis les petits plats dans les grands avec près d’une centaine de véhicules vous permettant d’arpenter en long en large et en travers le Pays de Solis. Mais la véritable star de cet opus est sans grande surprise le triptyque grappin, wingsuit, parachute qui est l’essence même de la saga.
Afin de varier les plaisirs, le grappin dispose de trois nouvelles capacités vous permettant d’aller encore plus loin avec votre imagination destructrice. Ballon, treuil et propulseur viennent donc booster votre grappin et je peux vous garantir que vous allez pouvoir encore plus vous défouler en faisant tout et n’importe quoi. Sans surprise, Just Cause 4 est un bac à sable totalement déjanté qui va vous faire dépasser les lois de la pesanteur. Voilà une bien belle façon de mettre en avant votre côté artistique destructeur.
S’ajoutent à cela les conditions météorologiques extrêmes qui vont mettre à feu et à sang le pays de Solis. Ces phénomènes météorologiques extrêmes sont l’occasion de mettre à profit la gestion physique du moteur du jeu. Tornades, orages et tempêtes de sable seront donc aussi de la partie et il faudra donc vous adapter pour faire face à ces conditions extrêmes fort impressionnantes. Si sur le papier, ces nouveaux phénomènes sont un ajout intéressant, on se rend vite compte qu’en réalité, ils sont tout de même sous-exploités. Malgré cela, ces petits ajouts apportent tout de même encore plus de fun et de variété à cette licence explosive.

Test Just Cause 4

LES PLUS

Le pays de Solis
les biomes distincts
Les ajouts du grappin
Une fluidité exemplaire
Les conditions météorologiques
Un défouloir assumé et déjanté

LES MOINS

Techniquement dépassé
Du clipping à gogo
Des Bugs physique
Manque de variété des missions

Toujours aussi explosif et déjanté, Just Cause 4 est sans surprise un open world bac à sable totalement assumé. Le pays de Solis est un excellent terrain de jeu vous offrant un sentiment de liberté totalement adapté avec le concept de la licence. Même s’il ne marquera pas les esprits par sa technique et ne révolutionne pas la saga, Just Cause 4 reste un énorme défouloir toujours aussi efficace.

14
————
20

Leave a Comment

Catégories
DERNIERS TESTS
Test de Metro Exodus
  • 23 février 2019
Test de Kingdom Hearts 3
  • 11 février 2019
Test Resident Evil 2
  • 3 février 2019
Test Fitness Boxing
  • 2 janvier 2019
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...