Test Man Eater

Fiche technique
Editeur / Developpeur : Tripwire Interactive
Sortie France : 22 mai 2020
Genre(s) : Open world
Classification : +18 ans

Test Man Eater

Dévoilé lors de l’E3 2018, Man Eater est clairement un jeu qui avait marqué les esprits avec son concept de nous permettre d’incarner l’un des plus grands prédateurs des mers. Après avoir croqué la vie sous-marine en long en large et en travers dans cet Open World, il est temps de faire le bilan de ce défouloir sanglant.

Une histoire de vengeance

Man Eater se présente sous la forme d’un Show TV qui suit Pete l’écailleux dans sa quête de trouver le mégalodon qui lui a privé de son Paternel. Et oui, dans la famille de Pete, on est chasseur de requin de père en fils. C’est dans ce contexte que Man Eater nous propose au début de l’aventure une petite mise en bouche en incarnant un requin-bouledogue bien massif afin de nous familiariser un peu avec le concept.

Après quelques petits carnages par si par là, vous allez assez vite vous faire capturer et tuer par Pete. Mais notre requin-bouledogue était en fait une femelle qui était enceinte. Sans surprise, Pete va vouloir faire le Bonhomme devant la caméra en retirant sa progéniture, mais le petit squale a déjà du mordant et cette première rencontre va laisser des séquelles autant sur lui que sur le jeune prédateur.

Un bébé requin seul qui va devoir survivre dans un monde impitoyable tout en croquant la vie sous-marine à pleines dents afin d’accéder au sommet de la chaîne alimentaire en devenant un terrible mégalodon…

Un assez beau spectacle visuel

Même si Man Eater n’est pas le jeu le plus graphiquement abouti de cette génération, la faune et la flore marine sont relativement abouties et convaincantes ce qui à l’avantage de nous immerger totalement dans l’ambiance du titre. Les animations de notre requin ne sont pas en reste à tels points que l’on prend plaisir à nager et visiter tous les coins et recoins de cet open world.

Par contre, la modélisation des êtres humains ne sont pas des masses convaincantes, après je ne vais pas vous mentir que ce n’est pas gênant surtout quand on connaît la destinée finale de ces malheureux baigneurs ou promeneurs en tout genre.

En fait le seul gros point noir et surtout la présence de quelques chutes de framerate qui viennent par si par là parasiter l’expérience globale lors de certaines phases demandant le plus de ressources à la PS4 / PS4 Pro.

Un Open World croquant la vie à pleine dent

Seul face à l’océan, votre but est simple, vous allez devoir manger du menu fretin afin de grandir, évoluer et devenir le prédateur ultime tant attendu. Man Eater est un RPG aquatique découpé en différents chapitres qui correspondent en fait aux 8 différentes  zones qui vous seront accessibles au cours de votre périple. Votre bébé squale va commencer en douceur dans le bayou manière de se faire les dents avec la faune locale pour passer les niveaux et devenir assez rapidement adolescent.

Lors des premières heures, on a tendance à éviter les alligators du Bayou et de manger tout ce qui bouge manière de prendre un max XP en faisant les missions de la zone tout en faisant la chasse aux collectibles de celle-ci. Pour nous faciliter la vie, notre bon petit squale pourra compter sur un sonar qui nous fera apparaître les collectibles des environs.

Si lors des premières heures l’effet de surprise et le plaisir de contrôler un requin sont bel et bien là, on va assez vite se rendre compte que les missions des 8 régions se ressemblent toutes. Pour faire simple, il vous sera demandé de dévorer X merlus, poissons chats, humains,… Ok ça défoule mais sur la longue, hormis le changement esthétique des régions, on fait un peu toujours la même chose.

Pourtant la gameplay est relativement efficace avec notre squale qui répond aux doigts et à l’oeil. La prise en main est relativement simple et l’une des seules motivations que l’on a à arpenter les profondeurs sous-marines est clairement de faire évoluer notre squale pour qu’il devienne le prédateur si redouté que l’on attend tous.

Foncer sur un pauvre vacancier lézardant sur sa bouée n’a jamais été aussi jouissif, d’ailleurs le jeu assume totalement le côté bourrin et décalé et notre requin va assez vite disposer d’une puissance de frappe destructrice. En effet, le jeu est très cours, du coup on va assez vite prendre du LV up et de ce fait faire le tour des 8 zones que nous propose le titre.

Pimp my Shark

Outre le côté fun, le plus gros point fort du jeu est clairement le système de progression de votre requin. Vous allez en effet gagner de l’expérience vous permettant de faire passer de niveau votre requin dont le niveau max correspond au Lv 30 (Megalodon). Pour profiter du système d’évolution, il faudra aller dans une des grottes présentes dans chacune des régions.

C’est dans celles-ci que vous pourrez dépenser les nutriments en votre possession pour améliorer considérablement en fonction de votre niveau la mâchoire, le corps, les nageoires, la queue de votre squale. De plus en fonction, du nombre de missions déjà effectuées ou bien de prédateurs suprêmes tués, vous aurez la possibilité de changer l’apparence de votre requin avec des éléments osseux par exemple.
S’ajoute à cela un emplacement d’organes qui vous sera fort utile étant donné que votre sonar y est greffé dessus. Au cours de votre progression, vous aurez d’autres organes à votre disposition afin de personnaliser encore plus votre expérience marine.

Si les états de bébé et adolescents ne sont pas les plus intéressants, les autres états ( adulte, ancien et mega) offrent un sentiment de puissance et de destruction assez jouissif. Pouvoir croquer de la chair fraîche humaine au petit matin ça n’a clairement pas de prix surtout quand votre requin dispose de capacité pulmonaire bien badass.

Prédateurs ultimes et boss

Les affrontements de Man Eater sont relativement classiques et sans grande difficulté surtout du moment que vous serez parvenus à l’âge adulte. La caméra a tendance quand même à avoir assez de mal à suivre l’action surtout quand c’est un affrontement face à une cible plus rapide que vous.  Pour remonter votre vie, rien de plus simple, il vous suffira de croquer n’importe quoi de vivant qui sera à proximité de vous.

Les combats de boss et de chasseur de prime ne sont pas des plus intéressants non plus, on se retrouve à faire un peu toujours la même chose et cela, quel que soit le boss ou le chasseur de prime en face. Et même si vous vous sentez en danger face à un ennemi, il vous suffira de prendre la fuite manière de refaire le plein de vie. De plus, chacune des régions dispose d’un prédateur ultime qu’il faudra affronter afin d’avoir la possibilité de passer d’une région à une autre…

LES PLUS

– Aussi fun que sanglant
– Le système d’évolution
– L’humour général du jeu
– Modélisation crédible de la faune et flore marine

LES MOINS

Très répétitif
Durée de vie
Système de progression trop rapide

Review
  • 13Total Score

    Véritable défouloir marin totalement déjanté, Man Eater reste un jeu réellement plaisant lors des premières heures en compagnie de notre requin. Malheureusement, l'expérience globale devient assez vite redondante à tels points que l'on continue réellement l'aventure juste pour faire progresser notre squale jusqu'à qu'il atteigne le stade de Megalodon...

    Leave a Comment

    Catégories
    DERNIERS TESTS
    Login
    Loading...
    Sign Up

    New membership are not allowed.

    Loading...