Test de No Man’s Sky sur PS4

Test-No-Mans-Sky-3

Fiche technique

Editeur(s) / Développeur(s) : Hello Games
Sortie France : 10 Août 2016
Genre(s) : Exploration | Aventure
Classification : 7 ans

Test de No Man’s Sky

Cela fait un peu plus de deux ans et demi que le Studio Hello Games nous fait miroiter monts et merveilles intergalactiques avec le jeu No Man’s Sky. Il faut dire que les trailers dévoilés n’ont cessé de créer le buzz avec un système de création procédural de chacune des 18 446 744 073 709 551 616 planètes disponibles dans le jeu. Maintenant que le jeu est sorti depuis quelques jours, il est temps de voir si cette aventure spatiale tient vraiment toutes ses promesses.

Un réveil procédural

Les premières minutes de jeu de No Man’s Sky sont assez grisantes, en effet Hello Games a pris le parti de laisser le joueur découvrir les différentes mécaniques du jeu. Après quelques minutes de jeu, on comprend assez vite qu’il va falloir réparer et alimenter notre vaisseau pour pouvoir quitter cette planète et commencer réellement notre aventure.

C’est d’ailleurs dès la première planète que le système de création procédural peut poser de gros problèmes, chaque joueur commencera donc son voyage galactique sur une planète différente. Si l’idée de base est louable, certains joueurs ont eu la malchance de tomber sur des planètes à l’environnement assez hostile ce qui rend le début de l’aventure assez difficile.

Pour ma part, j’ai eu la chance de tomber sur une planète dotée d’un écosystème fort intéressant qui m’a permis d’apprécier comme il se doit le début de mon aventure. Cette première expérience est surtout l’occasion de découvrir le gameplay du jeu afin de récolter les ressources nécessaires pour réparer et alimenter votre équipement et vaisseau.

Test-No-Mans-Sky-4

No Man's Sky

Clipping galactique

Techniquement cette version de No Man’s Sky ne restera pas dans les annales, on est très loin des visuels et des vidéos qu’Hello Games était si fier de dévoiler. Parcourir l’infinité de l’univers a un prix et cette version PS4 paye le prix cher avec un clipping omniprésent qui va vous parasiter une grosse partie de votre aventure.

De plus la framerate limitée à 30 fps n’est pas forcément très stable, tous ces petits désagréments desservent grandement à l’immersion de ce titre.

Malgré cela, No Man’s Sky est dotée d’une direction artistique fort agréable avec certaines planètes dotée d’une palette chromatique à couper le souffle. Le plus impressionnant reste à mes yeux les grottes qui seront vous émerveiller lorsque la nuit sera venue avec un jeu de lumière rappelant certaines scènes du film Avatar.

La faune est la flore ne sont pas en reste avec une multitude d’espèces animales et végétales à découvrir au cours de votre périple. Même si graphiquement, No Man’s Sky n’est pas exceptionnel, le sentiment de liberté et l’ambiance du titre seront à terme vous faire oublier les soucis techniques du jeu.

Les limites du procédural

Lorsque vous aurez exploré une infime partie de l’univers pendant plus de 15h, vous allez commencer à comprendre les limites de ce système de création procédurale. Même si elles sont assez différentes, chaque planète est construite selon un schéma assez similaire, les bâtiments et les intérieurs sont toujours construits de la même façon, du coup l’effet de surprise s’estompera au fil du temps.

Les planètes découvertes sont capables du meilleur comme du pire, mais il est vrai que le plaisir de fouler en premier une planète luxuriante provoque un plaisir indéniable. No Man’s Sky est avant tout un jeu d’exploration qui se savoure et se délecte pendant les 10 premières heures de jeu. Malheureusement, au fil des heures passées la magie commence à s’estomper pour laisser place à un sentiment d’un univers certes procédural mais aussi construit selon la même mécanique.

Pour ma part, une des plus grosses déceptions de No Man’s Sky est l’écosystème des planètes avec des créatures qui sont juste là pour habiller les différentes planètes de cet univers procédural. Ne vous attendez pas à être à la fois spectateur et acteur de scènes incroyables comme le fait de voir des animaux chasser pour se nourrir, mais aussi pour défendre leur territoire. Les animaux se contentent du minimum syndical dans cet univers infini.

Test-No-Mans-Sky-6

Exploration et Extraction

C’est bien beau d’explorer, mais avant de pouvoir parvenir au centre de l’univers, la route sera longue très longue et il vous faudra l’équipement adapté pour optimiser au mieux votre aventure spatiale.

Pour cela, vous allez pouvoir compter sur votre vaisseau, votre exocombinaison et bien sûr de votre arme multi outil indispensable pour récolter, mais aussi pour vous défendre. Ces trois éléments ont chacun un nombre d’emplacements limité qui vous permettra de stocker vos objets et ressources, mais aussi de placer plus tard des améliorations spécifiques.

Si manette en main, la récolte de ressources et d’objets n’a rien de compliqué notamment grâce à la possibilité de scanner les environnements, vous allez vite être refroidis par le manque d’emplacements que vous aurez à disposition. Pourtant, Hello Games n’a pas oublié d’intégrer un système pour transférer vos objets et ressources de votre combinaison à votre vaisseau, mais leur interface façon Destiny n’est pas des plus ergonomique. Du coup, votre quotidien sera agrémenté très souvent par la vente de certaines ressources pour optimiser au mieux vos éléments.

Plus tard, lorsque vous commencerez à avoir un max de tunes, vous pourrez vous faire plaisir avec un bon gros vaisseau doté d’un nombre d’emplacements conséquents, mais aussi par la possibilité d’acheter à prix d’or des slots supplémentaires dans votre combinaison. Sinon, vous aurez aussi la possibilité de retaper un vieux vaisseau ce qui sera tout aussi long.

Test-No-Mans-Sky-8

Vers l’infini et au delà

Les voyages interstellaires peuvent vite prendre énormément de temps, du coup au fil de votre aventure vous allez pouvoir compter sur les sauts hyperespaces pour passer d’une galaxie à une autre. Pour cela, il vous faudra crafter un item via une succession de trois étapes artisanales bien spécifiques.

Bien plus tard dans votre aventure, vous aurez la possibilité de compter sur une technologie plus avancée et beaucoup plus optimisée, sinon les trous noirs seront aussi un bon moyen de changer de système solaire sous peine de connaître leurs emplacements.

Sans surprise, tous les éléments indispensables au fonctionnement de votre vaisseau, combinaison et multi-outil devront être rechargés régulièrement. Et je peux vous dire que certaines actions consomment un max de ressources, la palme revient aux propulseurs de votre vaisseau qui sont ultras gourmands. Je vous conseille donc de limiter vos décollages au sein d’une même planète afin de rentabiliser au mieux votre exploration.

Test-No-Mans-Sky-10

Shooter et Dogfight

Votre périple ne sera pas non plus de tout repos, chaque planète sera protégée par des sentinelles robotiques qui n’hésiteront pas à vous attaquer et à appeler des renforts pour vous faire mordre la poussière. Même si les combats peuvent paraître plaisants lors des premières heures, le tout est relativement mou et pas très intéressant. C’est dommage, car Hello Games avait vraiment de bonnes idées avec un système d’upgrade de votre multi outil via des modules pouvant faire de gros carnages.

Comme tout bon explorateur qui se respecte, vous allez aussi passer de longues heures dans votre vaisseau, la conduite de celui-ci reste assez agréable tout en étant volontairement bridée. En effet à l’heure actuelle, il vous sera impossible de faire des rase-mottes à cause d’une sorte d’attraction négative qui amortit votre descente et vous repousse du sol. J’ai même tenté de faire un kamikaze de folie de l’espace jusqu’au sol d’une planète, tentative qui aura été vaine. Espérons que les futures maj corrigeront cet aspect qui gâche énormément l’immersion avec le jeu. Moi qui espérais tant me la jouer façon han solo à bord du faucon millenium.

Les batailles spatiales seront malheureusement du même acabit avec un système de combat beaucoup trop simple et sans réelle surprise.

LES PLUS

[list type=”check”]

  • Direction Artistique
  • Durée de vie
  • Ambiance sonore
  • L’immensité de l’univers
  • L’exploration

[/list]

LES MOINS

[list type=”delete”]

  • Clipping de folie
  • La faune
  • Inventaire peu ergonomique
  • Phase de shoot
  • Répétitif après 15h de jeu

[/list]

divider-test

No Man’s Sky est une oeuvre unique qui vous permettra d’explorer à votre guise l’immensité infinie de l’univers. Même si le charme opère pendant de longues heures durant, un sentiment de lassitude et d’inachevé commencera petit à petit à se faire sentir. Malgré cela, No Man’s Sky reste une expérience dotée d’une direction artistique qui vous offrira une épopée spatiale totalement dépaysante. La route sera longue, mais faisons confiance à Hello Games qui a promis de faire des maj régulières pour sublimer ce titre au potentiel infini.

13
————
20

Comments
  1. yoyo

    Coucou Jaina,
    quel plaisir de lire tes articles, surtout tes tests, qui sont, je trouve, ultra objectif.
    Pour le jeu, comme d’habitude j’attendais ton test histoire de me faire une idée de ce qu’est le jeu. Je pense tout de même me le prendre même si il est vrai qu’il souffre de pas mal de problème :/

    Super test encore une fois, vivement ton prochain article!!

    Bonne après-midi <3

  2. Jaina

    Hello Yoyo, merci, yes à l’instant T, le jeu souffre de beaucoup trop de défauts. Mais je ne me fais pas de soucis, il va y avoir pas mal de maj, du coup je me dis qu’il va s’améliorer avec le temps.

  3. Darylgamer

    Encore une fois, j’adore tes tests qui sont vraiment objectifs. Du coup je vais attendre un peu avant de craquer dessus, je pense qu’il va assez vite baisser

Leave a Comment

Catégories
DERNIERS TESTS
Test de Metro Exodus
  • 23 février 2019
Test de Kingdom Hearts 3
  • 11 février 2019
Test Resident Evil 2
  • 3 février 2019
Test Fitness Boxing
  • 2 janvier 2019
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...