Test Resident Evil 7 Biohazard Gold Edition

Fiche technique
Editeur(s) / Développeur(s) :  Capcom
Sortie France : 12 Décembre 2017
Genre(s) : Survival-Horror
Mode : Jouable en solo
Classification : +18 ans

Test de Resident Evil 7 Biohazard Gold Edition

Pour les fêtes de fin d’année, Capcom a décidé de nous replonger dans l’horreur avec la sortie de Resident Evil 7 Gold Edition qui rassemble le jeu et toutes ses extensions. C’est donc l’occasion parfaite pour moi de sombrer dans cette histoire qui a la lourde tâche de me faire oublier les épisodes 5 et 6 qui n’avaient de Resident Evil que le nom.

Une virée dépaysante et angoissante en Louisiane

Véritable retour aux sources de la saga, Resident Evil 7 nous met dans la peau d’Ethan Winters qui après avoir reçu un appel de détresse de sa femme portée disparue depuis 3 ans, va avoir la lourde tâche d’aller secourir celle-ci.
Il aura fallu attendre bien des années pour que Capcom se décide enfin à signer un épisode permettant un retour aux sources de cette franchise si culte.
Dès les premières secondes, le ton est donné, le passage à la première personne renforce énormément l’atmosphère et la tension dans le jeu. Vu l’efficacité de l’ambiance manette en main, je n’ose même pas imaginer la puissance de Resident Evil 7 avec le casque PS VR.
Malsain, oppressant, violent, Resident Evil 7 s’inspire grandement de certains films du genre à l’instar de Massacre à la tronçonneuse. La première heure de jeu m’a littéralement scotchée et j’ai été happée par l’ambiance glauque et totalement maîtrisée qui se dégage de la ferme des Bakers. Il faut dire que les Bakers vont mettre les plats dans les grands pour vous accueillir dans la famille. Jamais un repas de famille n’aura dégagé autant de souffrance et d’impact psychologique dans un survival horror. Tout est tellement bien orchestré et ficelé que l’on a qu’une seule chose en tête, c’est de s’enfuir de cette maison habitée par cette bande de tarés.

Resident Evil 7 Gold Edition

Il vous faudra environ une bonne dizaine d’heures pour espérer venir au bout de cette joyeuse folie macabre en compagnie de la famille Baker. D’ailleurs, les membres de la famille à commencer par Jack le père de famille feront tout pour vous faire goûter aux joies de la douleur et de la souffrance extrême.
Par contre, j’ai été un peu moins emballée par le dernier tiers du jeu qui est un peu plus orienté action et de ce fait on perd un peu toute la magie instaurée lors des premières heures de jeu.
Comme tout bon Survival Horror qui se respecte, Resident Evil est aussi l’occasion d’amener quelques énigmes et puzzles pour la plupart assez bien pensés.

Resident Evil 7 Gold Edition

Une claque visuelle cauchemardesque

Encore une fois, Capcom n’a pas fait les choses à moitié en sublimant son ambiance par le biais d’un tout nouveau moteur de jeu vraiment impressionnant.
La ferme des Bakers se veut être un terrain de survie intense qui vous livrera certains plans et passages que vous n’êtes pas prêt d’oublier.
Bruit de porte, craquement du bois, la maison en elle-même se jouera de vous tout au long de votre périple.
Même si le jeu se veut assez sombre, les différents jeux de lumière apportent encore plus de réalisme et d’immersion, franchement je suis vraiment curieuse de voir ce que donne ce Resident Evil 7 avec un Casque VR. Voilà enfin un jeu qui semble enfin pouvoir justifier l’investissement vers le casque PS VR.

Resident Evil 7 Gold Edition

Le cauchemar se prolonge en DLC

Sans surprise cette Gold Edition de Resident Evil 7 est aussi l’occasion de découvrir tous les DLC sortis au cours de l’année.
On commence le bal des hostilités avec les Vidéos Interdites Vol. 1 et 2 qui vont être l’occasion pour vous d’incarner entre autres Clancy, le cameraman que l’on avait pu brièvement jouer au début de votre aventure.
Le mode “cauchemar” est une sorte de mode Horde où vous allez tenter de survivre à des vagues de Mycomorphes qui comptent bien faire de votre corps de la chair à pâté. Clancy aura donc fort à faire pour tenter de survivre à ce huis clos où vous allez devoir fabriquer des soins et des armes, mais aussi améliorer vos différents attributs au fur et à mesure de votre progression.
Amateur de bonne gastronomie, je vous conseille après d’aller passer quelques heures en compagnie de Marguerite dans le mode intitulé “la chambre“. Construit sous la forme d’une sorte d’escape room, vous allez devoir sortir de la pièce sans que cette sorcière vous voit. Maîtrisé à la perfection, ce mode apporte un état de stress à tel point que l’on flippe à chaque fois que Marguerite revient dans la salle.
Après cette courte pause culinaire, vous allez pouvoir vous adonner aux joies du Blackjack dans sa version revisitée par Lucas. Encore une fois dans la peau de Clancy, vous allez devoir affronter une autre victime de Lucas dans une partie qui vous laissera bien des séquelles. Même si l’idée de base est bonne, on passera vite à autre chose.

Resident Evil 7 Gold Edition

Même s’il est relativement court, le mode intitulé “filles” vous propulse dans la peau de Zoé dans une histoire se focalisant sur les raisons qui ont amené cette famille à devenir complètement barjo. C’est d’ailleurs bien plaisant de voir le comportement Jack et Marguerite avant qu’ils sombrent dans la folie totale. Armé d’un simple briqué, vous allez tenter tant bien que mal de vous échapper. “Filles” fait clairement partie des réussites, car il est en totale adéquation avec le scénario original de ce Résident Evil 7.
Le “55ème anniversaire de Jack” n’a quant à lui rien d’exceptionnel et l’on passera aussi vite à autre chose.

Resident Evil 7 Gold Edition

After Horror

S’ajoute à cela deux autres DLC plus conséquents et qui ont en plus l’avantage de se passer après les évènements tragiques que vous avez vécus dans Resident Evil 7.
Not a Hero vous permet d’incarner notre bon Chris Redfield qui aura la lourde tâche de mettre fin à cette folie en traquant Lucas qui est toujours aussi barré. Ce premier DLC se démarque des autres avec une aventure beaucoup plus orientée sur l’action. De plus, on prend un certain plaisir à retrouver Chris mais aussi Lucas le dernier membre de la famille Baker.
End of Zoe va vous propulser dans la peau de Joe Baker qui va devoir user de ses poings pour tenter tant bien que mal de sauver sa nièce Zoe. Fort intéressant, ce DLC nous permet d’en apprendre plus sur le sort de Zoe après la fin de l’histoire du jeu. Si ce mode de jeu favorise les combats au corps à corps, il introduit aussi une créature qui à l’instar du Nemesis dans Resident Evil 3 ne cessera de vous attaquer. Le plaisir de retrouver le bayou est clairement présent tout comme le fait de mettre enfin un dénouement sur l’histoire de la famille Baker.

Test Resident Evil 7 Gold

LES PLUS

– Un vrai survival horror
– La famille Baker
– Une ambiance de folie
– Not a hero, la chambre, End of Zoe

LES MOINS

– Certain affrontements de boss
– Le 55ème Anniversaire de Jack

divider-test

Si comme moi, vous faites partie de ceux qui n’avaient pas encore fait Resident Evil 7 lors de sa sortie, cette gold Edition est clairement faite pour vous. En plus du solo qui est un pur bijou horrifique, certains DLC ajoutent encore plus de profondeur à cette famille Baker qui ne vous laissera pas de marbre. Amateur de folie et de bonne gastronomie bien gore, je ne peux que vous conseiller de franchir le pas et d’entrer dans la demeure des Bakers.

16
————
20

Leave a Comment

Catégories
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...