Test Resident Evil Village

Fiche technique
Editeur / Developpeur : Capcom
Sortie France : 07 mai 2021
Genre(s) : Survival-Horror
Age : +18 ans

Test de Resident Evil Village

Après avoir survécu à la famille Bakers, Ethan Winters va encore devoir donner de sa personne afin de sauver sa fille Rose dans le 8e opus de la saga Resident Evil. En effet, Capcom a pris le parti de garder le héros et le gameplay initié dans l’opus précédent pour nous plonger dans un mystérieux village d’Europe de l’Est. Un périple qui on l’espère sera à la hauteur des 25 ans de la saga Resident Evil.

Ethan Winters, un homme pas comme les autres

L’histoire de Resident Evil nous propulse quelques années après les événements terrifiants de Resident Evil 7, Ethan et son épouse Mia tentent chacun à leurs manières de se reconstruire et de prendre soin de leur fille Rosemary. Mais le sort s’acharne à nouveau sur eux lorsque Chris Redfield kidnappe leur fille. Ethan va devoir à nouveau affronter l’enfer pour la retrouver.

Seul, sans arme, notre pauvre Ethan se retrouve dans un mystérieux village en plein coeur de L’Europe de l’Est. Pour ce 8e opus, Capcom a eu l’excellente idée de piocher dans les inspirations de Resident Evil 4 tout en gardant le concept instauré dans le précédent opus. Au niveau de l’histoire, je préfère ne pas spoiler, mais vous allez vite vous rendre compte que la progression du jeu est assez calquée sur le 7e opus.

La première partie du jeu est clairement la plus aboutie avec une dame Alcina Dimitrescu qui risque de vous faire frissonner de plaisir et de douleur dans son sublime château qui surplombe le village. Malheureusement, cette partie sous le signe des vampires est beaucoup trop courte et vous risquez d’être un peu déçu par la suite.

Je vous rassure, il y a quand même de belles surprises avec un casting de méchants hauts en couleurs, mais la seconde partie du jeu et surtout la dernière est clairement sous le signe de l’action. C’est dommage surtout après les premières heures du jeu qui sont vraiment phénoménales.

Comme pour l’épisode précédent, votre aventure ne sera pas de tout repos et notre pauvre Ethan va encore prendre très très cher. Franchement, le mec a vraiment une vie de merde depuis le 7!.
En tant que Survival Horror, pour être 100% honnête avec vous, j’ai clairement beaucoup plus flippé avec le 7 que sur le 8. J’ai tout de même apprécié certains passages du 8 qui sortent des sentiers battus comme par exemple, un passage qui se déroule dans le noir total et sans aucune arme pour se protéger…

Au niveau de la durée de vie, le jeu est assez court, il faudra compter environ 10h pour en venir à bout. D’ailleurs, attention le jeu est beaucoup trop facile et accessible dans le monde normal, si vous êtes un habitué de la licence, vous pouvez cash faire le jeu dans un mode de difficulté supérieur.
Bien sûr, les amateurs pourront gonfler la durée de vie avec le new game + ou bien partir se défouler sur le mode Mercenaires.

Un Re Engine au pays des vampires et lycans

Sans surprise, le RE Engine fait des merveilles sur console Next Gen avec une direction artistique diablement bien maîtrisée. Capcom nous plonge au plus profond du folklore de l’Europe de l’Est en s’inspirant des légendes locales. Manette en main, le résultat fait bien rêver avec des lieux dignes de cartes postales et dégageant une atmosphère aussi merveilleuse qu’horrifique.

Le château de Lady Dimitrescu est à couper le souffle avec des jeux de lumière frôlant la perfection, s’ajoute un cela un RayTracing subtil, mais faisant tout de même vraiment bien le job. Sans vous spoiler l’histoire sachez qu’en plus de Lady Dimitrescu, vous allez faire la rencontre de trois autres lord qui vous en feront aussi voir de toutes les couleurs.

L’ascenseur émotionnel est bel et bien présent et ce Resident Evil a l’avantage de nous propulser dans des environnements divers et variés. D’ailleurs, j’ai bien apprécié que le style de gameplay varie aussi en fonction du chapitre dans lequel on se trouve.

Quand le cauchemar se mêle à l'action

Au niveau du gameplay, Resident Evil Village reprend bien sur les mécaniques instaurées lors de l’épisode précédent, mais ce 8e opus tente tout de même de se démarquer un peu avec quelques mécaniques bienvenues. Vous aurez par exemple la possibilité d’utiliser certains éléments de l’environnement pour vous barricader comme on pouvait le faire dans l’épisode 4.

De plus Ethan peut maintenant chasser des animaux afin que le Duc (marchand ambulant) vous fasse de bons petits plats qui seront fort utiles pour gagner des boosts permanents.

La saga n’oublie pas non plus d’alterner les phases d’énigmes, d’actions et d’horreurs, mais même si certaines énigmes sont originales, vous risquez de ne jamais être bloquées longtemps. En effet, les différentes énigmes sont malheureusement beaucoup trop faciles à tels points que l’on a l’impression que Capcom a voulu faire de ce 8eme opus l’un des épisodes les plus accessibles de la saga…

Comme pour le 7e opus, Resident Evil Village nous livre une seconde partie de jeu qui fait beaucoup trop pleuvoir la poudre et il est fort possible que les puristes du genre Survival Horror risquent d’être un peu déçus.
Si le jeu se veut assez généreux en ressources et munitions, vous allez tout de même devoir gérer votre inventaire qui dispose d’un système d’emplacements prédéfinis.

Heureusement, le marchand ambulant vous sera d’une aide précieuse tout au long de votre expérience. Ce personnage haut en couleur vous permettra d’acheter des armes, munitions, objets, mais aussi de booster vos armes. S’ajoute à cela la possibilité de vendre vos objets et aussi d’utiliser vos ressources de nourriture pour qu’il vous cuisine des plats savoureux.

Au niveau des armes, les amateurs de Resident Evil ne seront pas déçus en retrouvant toutes les armes qui ont fait le succès de la licence. D’ailleurs, n’hésitez pas à bien fouiller les différentes zones manière de ne pas passer à côté de certaines armes emblématiques comme le surpuissant Magnum.

LES PLUS

– Une DA de folie
– Le RE ENGINE
– Lady Dimitrescu
– Un bestiaire assez varié
– Certains boss
– Le mode Mercenaire

LES MOINS

– Plus Action que Survival Horror
– Durée de vie
– Enigmes trop accessibles
– Ethan Winters surjoué en VF

Conclusion
  • 15Total Score

    Doté d'une direction artistique à couper le souffle, Resident Evil Village est clairement le digne successeur de l'épisode 7. Si l'ambiance, le casting et la DA font clairement le job, ce 8e opus a tout de même une structure un peu trop calquée sur l'épisode précédent. En effet, après une première partie de haute volée, le jeu a tendance à un peu trop jouer la carte de l'action dans sa dernière partie.

    Malgré tout l'expérience globale qui en découle fait de ce 8e opus un épisode marquant et indispensable pour les amateurs de la saga.

    Laisse un commentaire

    Catégories
    Login
    Loading...
    Sign Up

    New membership are not allowed.

    Loading...