Test de The Last Guardian sur PS4

The Last Guardian

Fiche technique

Editeur(s) / Développeur(s) :  Sony Computer Entertainment | Team ICO
Sortie France : 07 Décembre 2016
Genre(s) : Action | Aventure
Classification : +12 ans
Mode : Jouable en solo

Test The Last Guardian

Véritable arlésienne de la PlayStation depuis son annonce en 2009, le dernier bébé de Fumito Ueda est enfin une réalité. Et pourtant, The Last Guardian revient de très loin notamment avec son développement plus que mouvementé. Après Ico et le sublime Shadow of the Colossus, il est temps de se jeter corps et âme dans cette nouvelle aventure afin de voir si l’attente en valait vraiment la peine.

Un tandem féérique

Tels KojimaFumito Ueda fait partie des personnes qui ont marqué par leurs talents l’industrie vidéoludique. Les premières minutes ne font pas de doute, la magie de la Team Ico est bel et bien là.

Doucement dans ce monde maîtrisé à la perfection, un jeune enfant se réveille au beau milieu d’une grotte mystérieuse. Amnésique, marquée de tatouages sur les bras, votre aventure commence dans l’inconnu le plus total. Notre nouveau héros en herbe va très vite s’apercevoir qu’une chimère mangeuse d’hommes est enchaînée non loin de là. Fortement blessée, il va falloir que vous usiez de la ruse pour tenter de venir en aide à notre futur compagnon de route. Petit à petit, après l’avoir nourrie et guérie, un sentiment de confiance entre nos deux êtres commence à se faire sentir.

Votre aventure avec Trico peut maintenant commencer. À l’instar de Shadow of the Colosses avec AgroTrico est le pilier marquant de la dernière oeuvre de la Team IcoThe Last Guardian est une oeuvre à part entière qui s’inspire grandement des deux premières oeuvres de Fumito Ueda.

The Last Guardian

Une histoire intense et marquante

Sans surprise, The Last Guardian tire son épingle du jeu par le biais d’une histoire aussi touchante que marquante. Nos deux amis vont devoir user intelligemment de leurs forces et faiblesses afin d’évoluer dans les magnifiques environnements qui sont en totale osmose avec la patte graphique des précédents jeux.

Très inspiré  des félins, j’ai de suite vu en Trico mon chat qui est aussi têtu que lui. La narration et l’évolution de cette relation si particulière entre un petit garçon et une chimère sont un véritable petit bijou. Oeuvre marquante oblige, votre périple d’une douzaine d’heures vous livrera son lot de moments épiques et intenses. Il se peut même que vous ayez la larmichette lors de certaines scènes bien marquantes.

En travaillant ensemble, ce lien inaltérable va leur permettre surmonter de terribles obstacles et découvrir les secrets de leur merveilleux monde fantastique, sans oublier de survivre à leur voyage touchant et chargé en émotion.

The Last Guardian

The Last Guardian

Trico entre deux chaises

Techniquement The Last Guardian souffre malheureusement du fait qu’il était prévu initialement sur PS3. Loin d’être une vitrine technologique de la PS4, le dernier bébé de la Team Ico est tout juste un peu plus beau qu’un jeu PS3.

D’ailleurs la sursaturation des hautes lumières et reflets fait un peu office de cache-misère à certaines textures vraiment brouillones.
Malgré ce constat, la direction artistique est maîtrisée à la perfection à tels points que l’on s’émerveille devant des panoramas dotés d’une profondeur de champ à couper le souffle.
Très vertical dans son level-design, The Last Guardian vous livrera de magnifiques monuments architecturaux dont seules les équipes de la Team Ico ont le secret.

Sur PS4, il se peut que la framerate ne soit pas relativement stable face à certains moments ou votre PS4 va se transformer en véritable Airbus. Mais bon, pour ma part, je n’ai eu que très peu de chutes de framerate. Par contre, les possesseurs de PS4 Pro pourront profiter pleinement de leurs aventures avec une version qui semble d’après les dire beaucoup plus stable.

The Last Guardian

Une merveilleuse frustation

Si d’un point de vue esthétique, The Last Guardian est irréprochable, le dernier né de la Team Ico souffre de certains défauts qui risquent fort de vous gâcher votre expérience de jeu.

La faute à une caméra qui part beaucoup trop souvent en freestyle total à tels points qu’il sera même à certains moments difficile de savoir où vous vous trouvez. Heureusement, l’usage du stick droit, mais aussi de la touche L1 vous permettra de replacer celle-ci correctement.

Votre voyage sera parsemé d’énigme en tout genre ou votre sens de l’observation de l’environnement pourra être mis à rude épreuve. Rien d’insurmontable pour ceux qui auront pris le temps de bien analyser la topologie des lieux que vous visiterez.

Aussi têtu qu’un Wookiee, Trico va aussi jouer avec vos nerfs à certains moments de l’aventure. Le plus dur dans tout ça est surtout le fait de faire la bonne action, mais vu qu’il ne se passe rien d’aller chercher une autre solution. Du coup, j’ai souvent perdu beaucoup de temps pour des choses que j’avais trouvé assez rapidement.

Personnellement, l’IA de Trico ne m’a pas dérangé, au contraire, j’ai rarement vu une IA se rapprochant tellement de ce que l’on peut vivre avec certains animaux de compagnie. C’est d’ailleurs ce qui fait à mes yeux tout le charme de cette oeuvre si unique. Si émotionnellement Trico est une réussite totale, notre grosse boule de plume pourra vous frustrer à plusieurs reprises surtout lorsqu’il faudra attendre que la bête se décide enfin à réaliser l’action qui lui est due.

The Last Guardian

Puzzles et Affrontements

Aussi mélancolique soit-elle, votre aventure sera truffée d’embûche et d’énigmes en tout genre. Par moment, vous allez même devoir faire face à des armures vivantes qui feront tout pour vous capturer.

Sans grande difficulté, ces fameux combats seront surtout l’occasion d’analyser votre environnement afin que Trico fasse de la chair à pâté de vos assaillants. La encore, la Team Ico excelle dans l’art de délivrer des émotions, il faut dire que c’est toujours aussi plaisant d’aller réconforter notre boule à plume afin de la calmer après des affrontements difficiles.

Même si le charme continue à opérer au cours des heures, on ressent tout de même que la construction du titre est basée sur des mécaniques très redondantes.

The Last Guardian

LES PLUS

– Une esthétique à couper le souffle
– Trico criant de vérité
– Bande-son
– Une histoire touchante
– Certains moments mémorables

LES MOINS

– Caméra à la ramasse
– Chute de framerate sur PS4
– Techniquement dépassé
– Trop de bugs de collision 

divider-test

Malgré ses défauts, The Last Guardian est bel et bien le chef-d’oeuvre tant attendu depuis toutes ces années. Parfois frustrant, le nouveau bébé de Fumito Ueda nous livre un voyage émotionnel aussi intense que marquant. Un périple magistral en compagnie d’un des PNJ les plus aboutis de toute l’histoire du jeu vidéo. Vu la qualité et les émotions du jeu, il serait vraiment dommage de passer à côté de cette expérience qui ne vous laissera pas de marbre.

17
————
20

Comments
  1. Avatar
    Tetsu

    Encore un super test de ta part Jaina. Le jeu est excellent malgré les quelques défauts qui viennent parasiter notre aventure.

    1. Avatar
      Jaina

      Merci Tetsu, ça fait toujours autant plaisir de te voir aussi fidèle à mon site 😉

Leave a Comment

Catégories
DERNIERS TESTS
Login
Loading...
Sign Up

New membership are not allowed.

Loading...